Le cholestérol : Ennemi ou ami ?

Dernière mise à jour : 31 mars 2021


Derrière le cholestérol, se cachent de nombreuses incompréhensions, des mythes.

Il doit sa notoriété à sa mauvaise réputation, due à une consommation excessive de sucre, de graisses qui entraîne la baisse du HDL cholestérol et favorise la hausse des triglycérides. Cela entraine un état inflammatoire qui passe par le diabète, une insulino-résistance, des maladies cardio-vasculaires...

Il peut former des dépôts qui viennent encrasser la paroi des artères, et constituer une menace pour le système circulatoire.

Le cholestérol à cependant un rôle bénéfique et est INDISPENSABLE au bon fonctionnement de l'organisme.


Index de l'article

Qu'est ce que le cholestérol ?

Quels sont les rôles du cholestérol ?

Comment fonctionne le cholestérol ?

Lecture du bilan sanguin

Les médicaments allopathiques

Les facteurs favorisants une hypercholestérolémie ?

Quelles sont les solutions Naturopathiques ?




Qu'est ce que le cholestérol ?


L'origine de son nom est clair, du grec « chole » qui signifie bile et »stereos » qui signifie solide. Le cholestérol fait partie de la grande famille des lipides. Il appartient à la famille des stérols.

Il est indispensable au fonctionnement de l’organisme. Il a deux provenances, l’une exogène et l’autre endogène.



Environ 25 % provient de l’alimentation et 75 % est fabriqué par le foie et les intestins, essentiellement à partir des glucides et des acides gras en excès.

Le foie fabrique environ 1 gr de cholestérol par jour. Pourtant, il est très différent de ce que l'on peut croire, il n'est pas nocif pour l'équilibre de l'organisme, bien au contraire, il est indispensable contrairement aux triglycérides.


Un petit rappel s'impose :

Le cholestérol ne fournit pas d'énergie, il est juste présent dans nos tissus (cerveau, foie...) et dans le sang. Un excès de cholestérol dans le sang est considéré comme un facteur essentiel de risque cardio-vasculaire du fait de la capacité de cette graisse (excès) à se déposer sur la paroi des artères. A l'inverse, un déficit à également des effets négatifs sur la santé car le cholestérol remplit plusieurs fonctions INDISPENSABLES à l'organisme.



Quels sont les rôles du cholestérol ?


Le cholestérol est indispensable à la vie. Il entre dans la composition de la membrane des cellules et il contribue à la synthèse de molécules vitales pour notre organisme :


Il joue un rôle dans la fabrication de nos membranes cellulaires, il en est le fondateur.

Il construit et répare les cellules. Il empêche que celles-ci deviennent trop rigides ou trop souple, assurant ainsi le passage des minéraux, vitamines et autres substances nécessaires à la vie en quantité suffisante.


Il participe à l'influx nerveux, la transmission de l'information. Il est présent dans notre cerveau, qui est composé de 60 % de gras dont la moitié est du cholestérol. Tous les nerfs sont entourés d'une gaine (myéline) constituée de plus de la moitié de lipides qui facilite la conduction nerveuse.


Il synthétise la vitamine D dans l'organisme qui elle, à une double origine. Elle est fournit par l'alimentation en faible quantité (les petits poissons gras, le jaune d'œuf, le foie de veau, les champignons, les huitres, les dérives animaux...) et elle est issue de la transformation dans la peau du cholestérol sous l'influence des rayons ultraviolets du soleil. Elle contribue à fixer le calcium sur les os.


Il produit l'acide biliaire nécessaire à transporter la bile vers les intestins pour l'absorption des graisses donc important pour la digestion des lipides, décomposer les aliments et favoriser l'absorption des nutriments.


Il synthétise les hormones stéroïdiennes dites sexuelles comme l'œstrogène, la progestérone et la testostérone via les glandes endocrines, le cortisol et l'aldostérone via les glandes surrénales.




Comment fonctionne le cholestérol ?


Le cholestérol est un acide gras, il est insoluble dans l’eau et ne peut circuler seul dans l’organisme. Il a besoin de transporteurs, que l’on appelle des lipoprotéines.

Ces lipoprotéines sont au nombre de 5, elles sont de tailles et de compositions différentes. Les deux plus connues sont les HDL et LDL. On les associe souvent en tant que « bon et mauvais » cholestérol.

Pour faire simple, le HDL transporte le cholestérol des tissus vers le foie pour y être dégradé et éliminé grâce à la bile. Ce qui permet d’éliminer le cholestérol en excès. C’est pour cela qu’on le nomme le « bon » cholestérol. C’est une sorte d’éboueur, il est préventif des maladies cardio-vasculaires.

Le taux de HDL doit donc être plutôt élevé. Il est essentiel d’en avoir suffisamment, car il est protecteur. Un taux de HDL bas indique souvent un excès de triglycérides.


Le LDL transporte le cholestérol du foie vers les cellules, et c’est là où il y a risque. Il peut s’accumuler sur les parois des artères, s’oxyder, et finit par déclencher une réaction inflammatoire, Ce qui va engendrer des plaques d’athérome et potentiellement des maladies cardio-vasculaires dont l’athérosclérose. Le cholestérol est donc dangereux quand il s’oxyde et se dépose dans les artères. Il faudra donc veiller à son hygiène alimentaire pour éviter l’oxydation par les radicaux libres.




Lecture du bilan sanguin


Le bilan lipidique permet d’évaluer s’il y a hypercholestérolémie ou hypertriglycéridémie. Dans notre sang circulent des lipides sous forme de cholestérol et de triglycérides.

Cela est normal tant qu’il n’y a pas d’hyperlipidémie, c’est-à-dire une élévation trop importante du taux de lipides dans le sang.


Selon la source de la fédération de cardiologie :

  • le taux de LDL ne doit pas dépasser 1,6 gr/L.

  • Le taux de HDL doit être supérieur à 0,45 g/L.

  • Le taux de triglycérides doit se situer entre 0,50 et 1,50 gr/L.

  • Le cholestérol total, lui ne doit pas dépasser 2gr/L.

En réalité, le taux de cholestérol total n'est pas très significatif, il correspond aux taux de cholestérol HDL et LDL et à un faible taux de triglycérides (environ 1/5 ème).

Ce qui est important, c'est de bénéficier de suffisamment de HDL qui est protecteur et de ne pas dépasser les seuils limites de LDL et de triglycérides.


On considère que ce taux total est « normal » lorsqu’il est inférieur à 2g/L tout en sachant que cette « norme » varie selon l’état général d’une personne et de certains facteurs tels que le sexe, l'âge, l'IMC, les antécédents personnels et familiaux de maladie cardio-vasculaire, le diabète, l’hypertension artérielle, l’obésité, le tabagisme…


Les triglycérides sont un autre type de lipides circulant dans le sang. Ils proviennent essentiellement de la synthèse hépatique (le foie) et de l’alimentation (sucres et alcool).


Un taux élevé de triglycérides (plus de 1,50 g/L) favorise le développement de maladies cardio-vasculaires. Le taux de triglycérides est la plupart du temps mesuré en même temps que le cholestérol, durant le bilan lipidique.




Les médicaments allopathiques


Les « statines » sont les médicaments les plus souvent proposés comme médicaments anti-cholestérol. Elles sont prescrites pour réduire le LDL.

De nombreuses études ont mis en lumière que diminuer le taux de cholestérol ne diminue pas les risques et que le faire chimiquement entraine des effets secondaires qui sont malheureusement importants.

En effet, les plus connus sont les troubles musculaires, crampes, troubles hépatiques et digestifs, insomnies, maux de tête, vertiges, œdèmes, allergies cutanées, et bien d'autres encore.


En cas d’intolérance aux « statines », votre médecin peut proposer des « fibrates », mais les effets secondaires sont également importants. Les "statines" diminuent la synthèse du cholestérol, et par conséquent la baisse de production d’acides biliaires, d’hormones stéroïdiennes et de la synthèse de la vitamine D. Elles diminuent le métabolisme des acides gras essentiels.


Attention aux précautions d'emploi notamment avec le pamplemousse, qui, semble avoir des effets négatifs en interagissant avec les « statines ». La naringine qu'il contient pourrait inhiber les effets du médicament et entraîner des lésions hépatiques pouvant entraîner une insuffisance rénale.




Les facteurs favorisants une hypercholestérolémie ?


De nombreux facteurs vont être à l’origine d’un excès et d’une oxydation du cholestérol et entraîner hyperlipidémie, maladies cardio-vasculaires, hypertension artérielle, insulino-résistance …

  • l'hérédité.

  • Une alimentation trop riche en gras saturés, sucres et alcool et pauvres en acides gras insaturés.

  • Le foie ayant une place essentielle dans le métabolisme du cholestérol, une insuffisance hépatique aura aussi des répercussions.

  • Le tabac, l'alcool.

  • Le stress.

  • L'obésité.

  • La ménopause.

  • L'hyperthyroïdie.

  • L'hypertension artérielle.

  • Le manque d'activité physique, la sédentarité.




Quelles sont les solutions Naturopathiques ?




L’alimentation n’a qu’une incidence d’environ 25 % sur la fabrication du cholestérol. Il va bien évidemment falloir la réformer ainsi que l’ensemble de l’hygiène de vie, si on souhaite éviter les conséquences délétères des hyperlipidémies. Voici quelques pistes :






A limiter, idéalement à supprimer

  • En premier lieu, réguler sa prise alimentaire et limiter la suralimentation.

  • Éviter le surpoids surtout lorsqu’il est abdominal.

  • Diminuer les acides gras saturés, les aliments sucrés, industriels et raffinés ainsi que l’alcool. Réduire la consommation d’omégas 6, pro-inflammatoires et favorisants la plaque d’athérome (alimentation transformée).

  • Supprimez les petits déjeuner sucrés.


A privilégier

  • Consommez des acides gras aboutis (petits poissons gras), pour leur action anti-inflammatoire, cardio-protectrice et anti-agrégant plaquettaire.

  • Privilégiez les huiles végétales riches en polyphénols comme l'olive pour la cuisson et riches en oméga 3 pour vos plats comme chanvre, lin, colza, cameline, noix.

  • Augmentez la consommation des fruits et légumes, d'antioxydants.

  • Mangez des aliments riches en fibres qui vont diminuer l'index glycémique.

  • Mangez un petit déjeuner protéiné le matin (œuf, houmous, avocat...)

  • Remplacer sa margarine hydrogénée le matin par une noisette de beurre





Pratiquer de l’exercice physique régulièrement augmente le « bon » cholestérol et diminue le « mauvais » cholestérol. La fédération de cardiologie constate une augmentation de 10% de HDL au bout de 3 mois d’activités physiques régulières et une diminution des triglycérides de 25 % après seulement 2 semaines.








Le stress conduit à une augmentation de cortisol, hormone hyperglycémiante, favorisant entre autres les maladies cardio-vasculaires. Toute forme de relaxation sera fortement conseillée en fonction de votre tempérament.



Accompagnement spécifique


Il peut arriver que le foie n’arrive pas à dégrader suffisamment le cholestérol, il est possible de l’aider avec la phytothérapie avec l'aide de plantes hépatiques comme l'artichaut, le radis noir, le desmodium, le chardon marie … Pour remplacer les statines chimiques, il est possible de proposer avec l’accord du médecin bien sûr une statine naturelle comme la levure de riz rouge.


Il est recommandé en cas de traitements à base de statines, qu’elles soient allopathiques ou naturelles, de prendre un complément de CoQ10 sous forme d’Ubiquinol. En effet la prise de « statines » entraîne une diminution de la production de CoQ10 et par conséquent un vieillissement cellulaire prématuré. Mais attention tout de même, à la prise simultanée de bêtabloquants qui peut entraîner des palpitations.


Le curcuma antioxydant et anti-inflammatoire va aider à remonter le HDL et à faire diminuer le LDL.


Pour favoriser et fluidifier la circulation sanguine, certaines plantes peuvent être efficaces en phytothérapie, l’hamamélis, le ginkgo biloba, le marron d’inde, la vigne rouge ou encore l’olivier.


Du côté de la Gemmothérapie, plusieurs bourgeons sont intéressants, le châtaignier, le charme, l’aubépine, l’aulne ou encore le cornouiller.


Les omégas-3, s’ils ne sont pas suffisants présents dans l’alimentation seront fortement préconisés.


Pour conclure, le cholestérol est bénéfique pour notre organisme, il est indispensable pour notre équilibre physiologique. Il faut être acteur de sa santé afin de réformer globalement l’hygiène de vie avec bon sens, tout en gardant cette notion de plaisir afin d'être sur son chemin de la santé, de vie.


Peut-être s'interroger sur son mode de vie actuel et rechercher les aspects multifactoriels, les causes qui peuvent augmenter les risques cardio-vasculaires avant de prendre tous traitements allopathiques qui ne font qu'étouffer le symptôme...


Il est également important de ne jamais interrompre son traitement sans la collaboration de votre médecin. Les conseils Naturopathiques ne vont pas à l'encontre de tout protocole établi par votre médecin traitant.





Cet article vous a plu ?

Likez, partagez sur Facebook et Instagram

Abonnez-vous à ma page Facebook : https://www.facebook.com/melanieroegis.naturopathe


Pour plus de renseignements sur la Naturopathie et sur mes techniques, envoyez moi un message et/ou visitez mon site https://www.naturo-chemindevie.fr

Le Chemin de vie de Mélanie - NATUROPATHE Lille


Prenez soin de vous

Mélanie

© Tous droits réservés - Mélanie ROEGIS - 2021 - Toutes reproductions interdites

99 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout